DÉCOUVERTE DES RÉGIONS

L'APPARTENANCE DES PEUPLES

 

 

Elphège Lévesque, fermier à Sainte-Blandine à l’été, et bûcheron à Baie-Comeau, l’hiver.

Crédit: Fonds QNS, Société historique de la Côte-Nord.

Une question d’appartenance aux multiples visages!
Bas-Saint-Laurent, Gaspésie et Côte-Nord, trois régions de nos jours traversées de frontières touristiques, administratives et politiques, mais qui, néanmoins forment un tout. Un tout géographique qui s’étend de part et d’autre de cette immense étendue d’eau que certains nomment fleuve, ou encore mer, mais qui en vérité,  est l’estuaire et le golfe Saint-Laurent.

 

Que nous soyons Louperivois, Tadoussaciens, Rimouskois, Septiliens, Matanais, Cayens ou encore Coaster ou Carletonais, qu’est-ce qui nous unit au juste? De nos origines diverses, micmaque, malécite, innue, normande, bretonne, basque, jerseyaise, acadienne, anglaise, irlandaise, écossaise, québécoise, pouvons-nous véritablement prétendre à une identité commune?

Notre histoire est complexe, tissée de migration originelle, d’établissements saisonniers, de colonisation fragile, de déportation, de conquête, de transhumance, d’assimilation, d’affirmation, mais aussi de booms et de crises économiques, de grandes réussites et d’espoirs déçus...

Qu’en est-il, en ces années 2000, d’être citoyen de l’Est du Québec? Comment définir notre appartenance à cette mosaïque culturelle? La réponse nous provient peut-être d’un mode de vie souvent influencé par l’eau salée qui nous entoure. Oui, parmi nous se trouvent nombre de passionnés de plein-air qui ont su apprivoiser ce que la nature de l’Est du Québec a de plus beau à offrir.

Les amateurs de voile auront le loisir de faire halte dans une des nombreuses marinas qui ponctuent notre littoral, comme à Rivière-du-Loup, Rimouski, Gaspé, Percé, Bonaventure côté sud ou à Tadoussac, Bergeronnes, Baie-Comeau, Port-Cartier, Sept-Iles et Havre-Saint-Pierre en descendant la côte nord du golfe.

Les amateurs de kayak seront déconcertés par la multitude de secteurs côtiers incontournables à placer à leur agenda, qu’on pense au Saguenay, aux archipels du Bic, de Sept-Iles, de Mingan, de Mécatina, de Sainte-Marie ou aux baies de Saint-Pancrace, de Ouatchichou, de Brador, de Gaspé.

De tradition récente, les amateurs de kite-surf ont su dénicher des anses et des baies tout à fait propices à la pratique de ce sport et même les fans de surf trouvent leur compte chez-nous, sur la rive nord cette fois-ci, où la topographie marine est plus favorable à la naissance de longues et hautes vagues!

Il n’est un secret pour personne que l’Est du Québec regorge de rivières si  longues qu’on les qualifierait de fleuves en Europe! Qui plus est, la plupart de celles-ci abritent le Roi de l’Atlantique, appelé saumon par les intimes. Dès le mois de mai, les amateurs de pêche lancent leurs embarcations sur la Causapscal, la Matapédia, la Cascapédia, la York, la Godbout, la Moisie, la Saint-Jean, la Natashquan et bien d’autres, dans l’espoir d’une prise mémorable issue d’un de ces cours d’eau reconnus mondialement.

Et qui dit pêche dit aussi mille et un lacs de l’arrière-pays bas-laurentien, du cœur de la péninsule gaspésienne ou des latitudes nordiques de la Côte-Nord où se cachent truites mouchetées, rouges, grises, ouananiches, brochets et autres espèces qui hantent les rêves de moult pêcheurs!

En s’éloignant de la mer et en poussant notre curiosité vers les plaines et les tourbières, on se rapproche du repère d’un autre «Prince» de la forêt boréale nommé orignal. Ce noble animal fait non seulement battre le cœur des chasseurs, le mois de septembre venu, mais les préparatifs et l’exécution de sa chasse bousculent le quotidien autant de ceux qui partent que de ceux et surtout celles qui restent !

Afin de rendre justice à toutes ces espèces prélevées, le terroir alimentaire de nos trois régions-sœurs a su inventer des recettes qui ont traversé les âges. Traditions culinaires transmises entre les cultures et les générations, agrémentées d’innovations locales, ont su enrichir les tables familiales et commerciales de tous les coins de notre pays. Il n’en tient qu’à vous de les découvrir!

Autre facteur qui unit nos trois régions, le passage des saisons et les activités qu’elles engendrent. Alors que le printemps est déjà bien installé dans le sud de la province, avril nous réserve trop souvent une bordée de neige bien généreuse, apte à nous faire regretter un changement de pneus trop hâtif! Mai et juin nous procurent un spectacle extraordinaire, propre à nos trois régions, qui est celui de la fraie du caplan. Un miracle de la nature auquel nombre de sceptiques ne croiront qu’après y avoir assisté!

Et si on se donne la peine de scruter le grand large, elles aussi sont de retour pour l’émerveillement de tous, les baleines! Rorquals petits et communs, à bosse et bleus se donnent en spectacle au large de nos côtes, plus spécifiquement entre Tadoussac et les Escoumins, en passant pas la Pointe-des-Monts et les alentours de l’Archipel-de-Mingan du côté nord, sans oublier la baie de Gaspé où ils évoluent parfois devant des décors agricoles, gage d’un souvenir inusité et comment mémorable!

La fin de l’été annonce la saison de la cueillette pour plusieurs. C’est d’abord la chicoutai qui s’offre aux gourmands, suivie des framboises, des fraises des champs, des bleuets et de la graine rouge, dans ce dernier cas essentiellement depuis Sept-Iles vers l’aval.

Puis vient l’automne et ses petits et grands gibiers dont les plus populaires auprès des chasseurs sont le lièvre, la perdrix, les canards de plusieurs espèces, sans oublier l’orignal et le caribou pour les privilégiés qui s’aventurent dans l’extrême arrière-pays nord-côtier.

Enfin, l’hiver sait mettre le sourire aux lèvres des amateurs de moto-neige et des sports d’hiver que sont le ski de fond, le ski alpin, la planche à neige et la raquette. L’Est du Québec peut se vanter de disposer de nombreuses infrastructures et surtout du climat pour faire durer le plaisir des adeptes,  parfois même jusqu’en...mai !

Des origines aux cultures diverses, un parcours historique unique longtemps marqué par l’isolement et un milieu naturel fortement influencé par le facteur maritime ont donné naissance à des communautés et des personnages plus grands que nature ayant grandement contribué à l’essor de la société québécoise.

Que vous soyez un voyageur régulier ou à vos premiers contacts avec l’Est, il n’en tient qu’à vous maintenant de découvrir, tout au long du parcours routier ou maritime que vous suivrez, les multiples facettes de notre identité. Bienvenue, chers visiteurs, et puisse votre séjour être mémorable!